FAQ

Vous demandez – nous répondons

Pourquoi les organisations écologistes investissent-elles tant de temps et d'argent dans l'aménagement du territoire ? La crise du climat n’est-elle pas un problème plus important ?

La protection du climat et celle du paysage sont étroitement liées. La crise climatique mondiale, avec ses vagues de chaleur, ses pénuries d’eau et ses catastrophes, met en danger les personnes, l’environnement et la production agricole.

En tant que pays alpin, la Suisse est particulièrement touchée par la catastrophe climatique. Il est important, pour plusieurs raisons, de maintenir des paysages ouverts et de limiter davantage les constructions hors de la zone à bâtir. Des paysages libres de construction, et donc pas coupés par des routes ou des conduites et sans sols imperméabilisés, agissent comme des réservoirs d’eau et des sols agricoles fertiles. Ces espaces sont nécessaires pour lutter contre le changement climatique et doivent être utilisés en conséquence.La crise climatique entraîne de plus en plus d’événements extrêmes imprévisibles tels que de fortes pluies, des glissements de terrain, des chutes de pierres. Les zones constructibles sont également désignées selon des critères de sécurité ; les bâtiments situés en dehors de ces zones, et donc leurs habitants, ne peuvent souvent plus être suffisamment protégés. En réduisant le trafic individuel motorisé en dehors des zones construites, le maintien d’un paysage libre contribue aussi directement à la protection du climat.  

De plus, la protection du climat et la protection de la biodiversité vont de pair. C’est pourquoi les propositions d’aménagement du territoire de l’Initiative paysage contribuent également à la protection du climat et à l’adaptation au changement climatique. 

La réglementation stricte des constructions hors des zones à bâtir menace-t-elle la transition énergétique? La construction de nouvelles installations solaires, éoliennes ou hydroélectriques deviendrait-elle plus difficile?

Les organisations qui soutiennent l’Initiative paysage sont aussi pour la transition énergétique, sans condition. Les constructions dont l’implantation est imposée par la destination restent possibles hors des zones à bâtir. Une installation solaire qui doit absolument être construite hors d’une zone à bâtir pourra l’être après l’adoption de l’Initiative paysage. Une nouvelle réglementation dans l’ordonnance sur l’aménagement du territoire vient de le fixer (1er juillet 2022).

La transition énergétique doit toutefois aussi tenir compte de la protection du paysage. Il est souvent possible de poser des installations solaires sur des surfaces déjà construites, par exemple au bord d’autoroutes ou sur les toits de bâtiments existants. De telles possibilités doivent au moins être étudiées avant de construire sur des terrains hors de zones à bâtir.

Pourquoi des bâtiments doivent-ils obligatoirement être démolis dans les zones agricoles?

Le but de l’initiative n’est pas de forcer la démolition de tous le bâtiments hors de la zone à bâtir, les bâtiments existants pouvant en principe être maintenus. Mais comme de nouveaux bâtiments doivent aussi pouvoir être construits, pour autant qu’ils soient nécessaires à l’agriculture, et que, simultanément, le nombre total de bâtiments hors des zones à bâtir n’augmente pas, il faut supprimer les bâtiments qui ne sont plus nécessaires hors des zones à bâtir. Ce n’est pas un problème, car il y a beaucoup de bâtiments qui ne sont plus nécessaires. Cela se fera toutefois dans tous les cas en accord avec les propriétaires. Comme il n’est pas permis de réaffecter des bâtiments existants en logement ou pour des activités commerciales et artisanales, la démolition de constructions inutiles ne devrait pas poser de soucis

Quelques exceptions : Les bâtiments dignes de protection ne peuvent pas être démolis. Si c’est nécessaire au maintien de bâtiments dignes de protection, il est permis de les réaffecter à l’habitation ou à l’artisanat.