Interviews

La voix de l’Initiative paysage est portée par des personnalités issues des organisations de protection de la nature et de l’environnement, ainsi que par des scientifiques, des politicien.ne.s, des spécialistes de l’aménagement du territoire, de l’agriculture ou du patrimoine architectural.

Le paysage, une ressource pour l’âme

 

“La construction de nouveaux bâtiments dans la zone agricole, donc hors zone à bâtir, est un grand problème qui perturbe et détruit le paysage”. Silva Semadeni, ancienne conseillère nationale et présidente de Pro natura Grisons, s’est toujours investie pour défendre le paysage et la nature. Pour elle, le principe de compensation de démolition de bâtiments lorsqu’on veut en construire de nouveaux est nécessaire.

La population doit être impliquée

 

L’aménagement du territoire est une tâche complexe et il est difficile de trouver un équilibre entre les différents intérêts et les nombreux acteurs impliqués. Pourtant, ce sujet passionne la population. Les discussions ne devraient pas être laissées qu’aux spécialistes, mais la population devrait être impliquée, avance Anne DuPasquier, membre du comité d’initiative.

La protection du paysage, une question de bord politique ?

Pour Kurt Fluri, conseiller national PLR et membre du comité d’initiative de l’Initiative paysage, «la protection du paysage et de la nature sont aussi des objectifs pour les libéraux, puisqu’il s’agit d’objectifs durables». Lorsqu’il était syndic de Soleure, Kurt Fluri a également servi cette cause. L’engagement local et régional ne suffit cependant pas pour faire appliquer le principe de la séparation entre les parties constructibles et non constructibles du territoire, raison pour laquelle il s’est engagé dans l’Initiative paysage et pour un article constitutionnel.

Comment nous percevons le paysage

La manière dont nous percevons le paysage et la relation que nous développons avec lui sont très personnelles et très émotionnelles. Fabio Pedrina, ancien conseiller national tessinois, nous a emmenés à la découverte de “son” paysage et nous parle du village d’Airolo, entre la nature et les modifications ayant été apportées par l’homme

 

 

Le contre-projet à l’Initiative paysage manque de garanties de mise en œuvre et d’instruments adéquats

Le contre-projet à l’Initiative paysage sera bientôt au centre des débats parlementaires. Dans cet interview, Raimund Rodewald, membre du Comité de l’Initiative paysage et directeur de la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du territoire (SL), revient sur les lacunes de la version actuelle, ainsi que les risques pour l’évolution de la qualité du paysage suisse.

La réponse à la question « qu’est-ce qui est construit et comment ? » est décisive pour la qualité de vie

 

Les paysages et l’aménagement du territoire sont garants de qualité de vie pour la population. Depuis les flancs du Pilatus, Michael Töngi, président de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national et membre du Comité de l’Initiative paysage livre son analyse sur ce qu’il qualifie de “mégathème” qui nous concerne toutes et tous.

 

Le paysage est en nous

Le paysage est plus qu’un terrain de jeu pour les activités humaines. Le paysage a porté les humains tout au long de leur évolution. Benedetto Antonini, architecte et urbaniste nous a emmenés à Muzzano dans “son” paysage au Tessin, endroit magique pour lui avec un fort attrait pour le paysage. Et pour que de tels endroits restent préservés, l’Initiative paysage est le meilleur moyen.  

Une initiative pour protéger notre paysage

 

À l’heure où les espaces sauvages, les paysages et le patrimoine bâti subissent de manière croissante la pression des activités humaines et la frénésie de bétonnage qui les accompagnent, l’Initiative paysage appelle à changer de paradigme. Après avoir récolté plus de 100’000 signatures, elle est aujourd’hui au cœur de discussions politiques intenses. C’est l’occasion de faire le point avec l’un de ses infatigables promoteurs, Raffaël Ayé, directeur de BirdLife Suisse.

Pourquoi la révision de la loi sur l’aménagement du territoire prend autant de temps?

Pour Adrian Schmid, président de la Swiss Foundation Democracy, la Berne fédérale fait souvent deux pas en avant puis un pas en arrière, ce qui explique la lenteur de la 2e révision de la Loi sur l’aménagement du territoire (LAT2). « Nous devons en tenir compte en étant nous-mêmes continuellement actifs et en aiguisant les instruments appropriés pour maintenir la pression» revendique l’ancien directeur de Patrimoine Suisse et membre du comité de l’Initiative paysage.

Soutenez l'initiative

Soutenez l’initiative avec un don!

Abonnez-vous à la newsletter

Restez informé grâce à notre Newsletter.

Partagez du contenu

Sensibilisez votre entourage à l’Initiative paysage en partageant nos contenus sur vos réseaux sociaux.

           

Copy link